•  

    Je vous souhaite à tous un bon weekend


    5 commentaires
  •  

     

     

    Tristesse

    .

     

     

     

    Je glane un peu de tes rêves perdus
     

    Dans le silence du matin quand s’éveille la roseraie
    Je contemple les roses que la veille tu avais admirées
    Elles se sont ce matin, habillées de larmes je crois
    Comme mon âme qui s’est enfermée dans la nuit.
     

    Les orgues du ciel se sont tût, il n’y a plus d’oiseau
    Et je suis seule sur ce vieux banc solitaire
    À écouter les râles du vent réciter leurs plaintes.
    Les chants d’étoiles au fond de mes yeux ont cessé.
     

    Les arbres se sont courbés à la vue de ton absence.
    Et les flambeaux du jour jettent sur l’aurore, un voile.
    Sous ce ciel gris, la pluie menace de glisser en mon cœur
    Ô mais qu’importe ce fragile instant puisque tu es là.
     

    Tu demeures dans ma pensée comme un été radieux
    Qui retient les amants sous le balcon d’un ciel d’aube.
    Je voudrais pouvoir te retenir, glaner tes rêves perdus
    Effacer mon cœur meurtri sous l’empreinte de tes lèvres.

    ©Janedeau

     


    3 commentaires
  •  

     

    ♥Dédié à Serge♥

     

    .

     

     

    Je repose dans la solitude face aux rigueurs de l'automne

     

    La vague des souvenirs échoue sur le bord de mes rêves.

    Et ton visage miré dans les reflets d'un ciel incertain

    M'apparaît dans le lointain des beaux jours de l'été.

     

    L'automne enfoui dans la rigueur des paysages colorés

    Se perd dans l'abondante feuillée qui recouvre la terre

    De pluie et de larmes secrètes ancrées au fond de mon cœur.

     

    Je n'entends plus ta voix, l'écho du vent murmure des silences

    Tu ne réponds plus à mes appels, l'absence meuble ma solitude

    Les mots écrits pour toi demeurent sans lecture, sans réponse.

     

    Dans les méandres des rigueurs de l'automne, mon cœur pleure

    Comme la pluie qui se brise et s'achemine dans le flot  des rivières.

    Vois, l'or du soleil enfui n'habite plus dans mes yeux.

     

    Je me demande, dans quels autres bras tu déposes ton corps

    Qui est cette fille qui a capturé l'univers de tes baisers ?

    Et dans la rigueur de l'automne, restée seule, je pleure.

    ©Janedeau

     


    9 commentaires
  •  

    ♥Dédié à Serge♥

     

    Vous êtes la clarté de mes nuits

     

    Vous êtes la clarté de mes nuits

     

     

    Vous êtes la clarté de mes nuits

     

    Dans l’ombre de l’anti chambre tremblaient vos émois  

    Et l’automne, monotone étendait sur vos traits, sa mélancolie

    Les lumières du soir éclairaient la langueur de vos rêves.

    Et seule, j’étais là, à deviner la houle de vos fougueuses pensées.

     

     

    Comment donc vous dire que vous êtes l’élu de mon cœur

    Que dans votre regard, je lis les désirs enflammés de vos rêves.

    Les étoiles brillantes dans mes yeux vous appellent à l’amour

    Elles cherchent l’ancre de vos berges pour accoster sur vos lèvres.

     

     

    Vous êtes la clarté de mes nuits, le guide de mes folles errances

    .Le ciel égaré sur la paume de mes mains et le velours de l’hiver

    .Votre nom habillé d’harmonie éveille tous les sens de ma chair.

    Quand nos pensées nous lient, votre fièvre m’emporte dans l’eau delà

    ©Janedeau

    Vous êtes la clarté de mes nuits


    3 commentaires
  •  

    ♥Dédié à Serge♥

     

    Dans la soif de tes baisers


     

    Mon cher amour, je meurs sans ta fontaine de baisers

    Ton nom porte l’aura des étoiles sous mes mains

    Quand j’écris pour toi la finesse des mots bleus de l’été.

    Il n’y jamais d’hiver sur l’aurore de nos lendemains.

     

    Tes caresses se pressent sur mon corps qui te réclame

    Et je te réponds dans un souffle éprit par ton paysage.

    Comme tu es beau mon amour quand ma flamme te déclame

    Prince de mon univers terrestre et de mes rivages.

     

    La fièvre de tes yeux m’exalte et m’emporte rêver

    En des rivières de coloris que le ciel ne connait pas

    .Dans mes bras, tu gîtes au sommet des grisantes vallées

    Avec le cœur qui palpite à chaque ressac faisant trépas.

     

    Nous communiquons d’un si bel accord amoureux

    Que le monde jalouse dans l’incompétence de nos attractions.

    Nous seuls savons faire jouer de sa lyre, le ciel impétueux

    La lampée de tes gerbes d’ivresse embrume ma raison.

     

    Que je t'aime mon cher amour, j’ai soif de toi

    ©Janedeau


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires